Il nous fallait des conditions idéales pour pouvoir produire à la fois de belles images et démontrer les performances du T-9 Prime dans une mer agitée. Le vendredi 20 novembre, les conditions météos étaient réunies et nous l’ont permis.
Le temps de réunir les caméras, de contacter Guillaume Voiturier (cameraman, spécialiste d’images aériennes) et d’organiser le vol avec l’entreprise Heli Securité, nous voilà en route pour le Golf de Saint-Tropez. Comme si la mer nous attendait, la houle et le vent commencent à se lever.
Après discussion sur les plans et actions à mener, on enchaîne directement sur le tournage, chacun chevauchant son engin, le filmeur et le filmé. C’est une mer d’un peu plus d’un mètre de creux qui nous accueille, accompagnée d’un vent de 35 à 40 nœuds. Ça s’annonce sportif !
Le bruit des pales du petit R22 annonçant son arrivée, nous n’attendons pas plus pour appuyer sur la manette des gaz, et c’est parti !


Null

L’hélico nous poursuit, le vent dans le dos, le Prime atteint très rapidement les 35 nœuds. Nous décidons de garder cette vitesse de croisière en voyant la houle grossir au fur et à mesure que l’on s’éloigne du rivage. Même après tout ce temps, nous sommes encore surpris du comportement du bateau dans cette mer agitée. Il ne bronche pas ! Planant littéralement au-dessus des creux et s’appuyant simplement sur la cime de chaque vague qui se présente à lui, on sent tout de suite que le T-9 se trouve dans son élément.


Null

Null

On enchaîne avec une belle boucle rapide sur un rayon de braquage très court et nous voilà repartie dans l’autre sens, face au vent cette fois-ci. Le sourire au lèvre, sans nous concerter, nous savons tous les 4 à cet instant que c’est dans ce sens que le système Quadrimaran® va se sublimer. En quelques secondes nous atteignons les 48 nœuds et ne ressentons plus aucune résistance de l’eau. Même l’hélicoptère peine à nous suivre !! (si si).

On enchaîne un maximum de manœuvres et de points de vue. On a ce réflexe étrange de baisser la tête en passant juste en-dessous de l’hélico. La sur-excitation s’est généralisée à bord, on entend presque le hard rock que chacun se chante dans sa tête. Notre capitaine et pilote enchaîne les virages, les crash-stops, les pointes de vitesse et danse frénétiquement avec l’hélicoptère.

Le temps passe trop vite, pour clôturer en beauté, on finit par un beachage, une autre particularité du T-9, qui vient se poser comme une fleur sur la plage et déposer son équipage. Un dernier plan sur le Prime repartant après un rapide demi-tour sur place.


Null

Retrouvez bientôt la vidéo finale de ces moments, vous comprendrez…


Null